Festival MARSATAC 2010

Classé dans : Festival | 0

marsatac2010 

Les 23, 24 et 25 septembre derniers se déroulait à Marseille la 12ème édition de Marsatac porté par l’association Orane. Le festival, quasi nomade a élu cette année domicile sur le site de la friche de la Belle de mai un site haut en Graaf et en boules à facettes, assumant et revendiquant ainsi son côté urbain.

 

Pas moins de 21 000 festivaliers ont déambulé sur le site et on put y découvrir ou redécouvrir  tant des artistes de renommée internationale (Ninja Tunes et Discograph très représentés)  que des jeunes talents dont on nous promet de retenir le nom.

 

La soirée d’ouverture annonce le ton d’une programmation aussi pointilleuse, qu’éclectique et raffinée.

 

La diva  brésilienne Cibelle, l’inimitable Mc et beatboxer Napoleon Maddox accompagné de son  band  Is What ?, les New Yorkais d’Antipop Consortium déversant un hiphop tant hypnotique que cisaillant, les lyonnais du Peuple de l’Herbe proposant leur breakbeat cuivré et Boogers l’homme orchestre qui distille une pop rock ludique et rafraîchissante.

Parmi ces artistes qu’on ne présente plus, une belle découverte de la performeuse Bonnie Li dont le one woman show à la trip hop electro laissera une trace dont on ne pourra que très bientôt révéler les retombées Parisiennes….

http://www.dailymotion.com/video/xffqlv_bonnie-li-marsatac-2010-sfr-jeunes-talents_music

 

Entre jazz et hiphop, funk et soul, rock et electro, pop….on ne sait plus ou donner de l’oreille et ce qui est formidable c’est que ce n’est que le début !

Bionicologists, qui ne sont autres que nos deux talentueux beatboxeur hexagonaux Ezra & L.o.s. réunis sur un projet plus que pertinent et bluffant, Fedayi Pacha, la performance des Scratch Bandits Crew, le Dj et producteur Ghislain Poirier qui après avoir retourné toutes les nuits Montréalaise vient imposer son incontestable talent sur le Dance Floor  de Marseille accompagné de son acolyte Face T., Fowatile, Beardyman, Beat Assailant, Féfé, Missill, Elroy…la liste ici présente ne se propose pas d’être exhaustive car elle n’en serait que trop longue : la soirée du vendredi accélère la cadence. Génialissime ou dramatique ?

La programmation est tellement dense et excellente qu’on ne sait plus sur quelle scène danser…Et la frustration s’impose : celle de ne pas encore posséder le dont d’ubiquité !

 

Un focus cependant : Tumi and the volume. Ce concert pour tous ceux qui ont pu y assister ici ou ailleurs durant leur tournée restera sûrement parmi un de leurs meilleurs moments de rêve et de groove de l’année. Tumi Molekane rappe comme d’autres marcheraient : une évidence !  On ne peut que rester envoûté par son charisme et son sourire, bouche bée devant un telle dextérité : Magique !  

http://www.dailymotion.com/video/xfdvw9_tumi-and-the-volume-la-maroquinerie-paris_music#from=embed

 

Un  deuxième focus sur le New Yorkais Talib Kweli « le chercheur » un des rappeurs phare du Hip-Hop underground, un des artistes des plus attendu de cette programmation et qui nous le rendit bien.

 

Un dernier sur la sélection jeunes talents des locaux de MC2 et leur Electro/glitch-hop de haute volée et puis par là même un petit coup d’œil en passant sur les labels Château Bruyant & Boxon records…

http://www.dailymotion.com/video/xffqnu_mc2-marsatac-2010-sfr-jeunes-talents_music

 

Un feu d’artifice étant rarement unicolore c’est une palette magique qui s’offre à nous pour la soirée de clôture du samedi. Du beau, du lourd et du talentueux :

Les locaux de Nasser étoile montante electro rock, Danton Eeprom incarnation faite du dandysme et de la techno minimale et son élégance poussées à son paroxysme ; les quatre rennais de Success, mélange de rock pop electro hiphop ; Mr Oizo, Mr  Ed Banger de la soirée et son lancer de pneus gonflables en clin d’oeil à son tout dernier film « Rubber » ;  le sur-titré nantais Dj Pfel (1/2 des Beatorrent et ¼ des  C2C) , sa gueule d’ange et l’or de ses mains  pour un Dj set tonitruant ,

http://www.youtube.com/watch?v=vMa1h6BwBpU

Djedjotronic, Mowgli, Paral-lel, Humantronic…impossible de tous les citer, on se perdrait en écho de tout ce que l’on a entendu dans l’hypnotisante rue reliant les différentes scènes.

 

Une édition superbe respectant ses engagements et honorant la chartre du Réseau des Festivals de Culture Electronique.

 

Un regret : ne pas avoir pu entendre Pfel nous livrer sa vision de l’art et de la démocratisation de ses formes à l’école…si ce n’est que cela, ça sera pour la prochaine fois.

 

Promis, l’année prochaine on est de la partie et on y amène des amis.

 

Quelques pistes pour approfondir :

 

http://www.marsatac.com/

http://www.lereseau.cc/

 

(Article rédigé par Sandrine Le Maléfant)