Festival Vieilles Charrues 2011

Classé dans : Festival | 0

vieillescharrues2011

C’est par une belle journée ensoleillée que commence la vingtième édition du festival des Vieilles Charrues.

Olivia Ruiz ouvre le bal et nous offre une prestation pleine de vitalité avec les classiques de l’album « la femme chocolat » ainsi que les tubes de son dernier album « miss météores ».

 

Sur la scène Glenmor, le groupe breton Ar Re Yaounk va endiabler le site, des milliers de festivaliers vont former des ridées et l’ambiance est particulièrement conviviale.

 

Jean-Louis Aubert, l’Orchestre National de Barbès et Pulp mettent le feu…Dommage pour Yelle, la bretonne se retrouve coincée entre deux grosses pointures et le public potentiel se retrouve soit à rester pour Scorpions soit à se réserver une place « dans les premiers rangs » pour Snoop Doggystyle. De nombreux festivaliers attendaient Scorpions justement et loin de nous servir des ballades mièvres c’est du venin bien lourd que nous aurons au menu avec des titres tel que ‘ bad boys’ running wild’ ou’ blackout’, et bien sûr pour le final l’indispensable ‘still loving you’ et ‘wind of change’, Scorpions tient à marquer leur dernière tournée et c’est réussi.

 

Place à la pluie pour ce dimanche, le site n’est plus qu’un immense champ de boue, mais grâce a la superbe programmation prévue on oublie vite ce désagrément pour profiter de la musique, de Pierre Perret à Lou Reed, de Ben l’Oncle Soul à PJ Harvey, de Goran Bregovic à House of Pain, il y en a pour tous les âges et tous les goûts, on ne voit pas le temps passer…

Vient ensuite pour fêter les vingt ans comme il se doit, un magnifique feu d’artifice accompagné d’une playlist d’artistes venus jouer depuis la création du festival, enfin les Chemicals Brothers vont achever ce festival, nous livrant essentiellement des morceaux de leur dernier album « further » mais également des tubes tel que « hey boy hey girl » ou « life is sweet ».

 

La vingtième édition du festival des Vieilles Charrues aura dépassé toutes les espérances et peux filer vers ses trente ans sereinement, plusieurs jours à guichets fermés, des festivaliers comblés et une programmation digne de ce nom.

 

Article de Julien Le Puil